Le choc anaphylactique, une réaction allergique démesurée à traiter immédiatement

Manifestation extrême d’une réaction allergique, le choc anaphylactique est redouté à juste titre : sans injection d’adrénaline dans les minutes qui suivent l’apparition des premiers symptômes, la victime peut mourir.

Suite à une piqûre d’abeille, votre peau commence à vous démanger, elle se couvre de plaques rouges, vos lèvres gonflent à vue d’œil, vous avez l’impression d’étouffer

Réagissez ! Il n’y a pas une minute à perdre, vous êtes probablement en train de faire un choc anaphylactique.

Le traitement de base du choc anaphylactique est l’injection d’adrénaline en intramusculaire, directement dans la cuisse. Toute personne victime d’une anaphylaxie sévère doit avoir un stylo auto-injecteur à portée de main en permanence. Il en existe actuellement trois sur le marché, tous de première génération. Un stylo de deuxième génération a récemment fait son apparition, l’Epipen ® : avec son aiguille recouverte automatiquement par un embout protecteur, il est plus simple et plus sécuritaire et peut s’appliquer au travers des vêtements. Sa trousse d’urgence doit également contenir un bronchodilatateur et un antihistaminique.

Au-delà de ce traitement immédiat, la prise en charge repose sur l’identification des allergènes en cause par un allergologue et l’éducation thérapeutique des patients, via des écoles de l’asthme et de l’allergie.

Symptômes et Actions d’Urgence

Les symptômes apparaissent généralement environ 15 minutes après la piqure par un hyménoptère et environ 30 minutes après l’ingestion d’un aliment allergène.

Anaphylactique sévère -> Recours au stylo auto-injectable d’adrénaline

Signes évoquant une réaction anaphylactique sévère et nécessitant le recours au stylo auto-injectable d’adrénaline
  • La victime a la voix qui change
  • Elle présente des difficultés respiratoires
  • Elle se plaint de douleurs au ventre, elle vomit
  • Elle se gratte les mains, les pieds, la tête
  • Elle se sent mal, fait un malaise
  1. Utiliser le stylo auto-injectable d’adrénaline (préférablement dans la cuisse)
  2. Noter, sur un papier à conserver avec le patient, l’heure exacte de l’injection
  3. Contactez le SAMU (15) et/ou aller aux urgences hospitalières les plus proches

Anaphylactique légère -> Recours à un antihistaminique

Signes évoquant une réaction anaphylactique légère, nécessitant le recours à un antihistaminique
  • La victime a la bouche qui pique, démange
  • Ses lèvres gonflent
  • Des plaques rouges apparaissent, la démangent
  • Elle se plaint de maux de ventre
  • Mais elle peut encore parler et respirer