Les Sens

La Vision de L’Abeille

La vision des formes

L‘abeille voit mal, les détails, elle en a une vue globale (elle confond très souvent) : d’où une dérive entre ruches.

A surface égale, elle confond :

  •  Des formes massives entre elles
  •  Des formes découpées entre elles

Par contre elle fera la différence entre les formes des ces 2 séries.

En fait, l’abeille analyse la surface et la discrimination se fait du caractère massif ou découpé de la figure  et de sa position dans l’espace.

La vision des couleurs

La vision humaine va du rouge au violet (couleur de l’arc en ciel ou découplage de la lumière par un prisme)

La vision de l’abeille va de l’ultra violet (pas vu par l’homme) au jaune. Le rouge n’est pas visible par l’abeille.

visions_abeilles_7

Une certaine incompréhension pourrait se faire, sachant  que les abeilles sont attirées par les fleurs rouges. Les pétales d’une couleur quelconque réfléchissent plus ou moins l’ultra violet qui est toujours présent (même en absence du soleil), donc pour l’abeille on a plutôt un mélange de 2 couleurs, par exemple jaune+ultra violet qui donne une résultante que nous ne connaissons pas (dans la mesure ou l’abeille sait faire la complémentarité des couleurs). Pour les pétales rouges, l’ultra violet (référence abeille) sera seul présent. A priori, on peut considérer que la palette des couleurs des abeilles avec l’effet ultra violet présent dans tous les cas ,serait une série de gris ou noir plus ou moins dégradés ou colorés (vision de notre petite tête d’humain).

En fait, les abeilles sont attirées visuellement par les fleurs nectarifères par un détail important. Les pétales, par jeu des couleurs réfléchies ou absorbées présentent des dégradés de couleur qui conduit l’abeille vers le « puits » de nectar.

La vitesse des images

Pour l’homme une animation nécessite 24 images/seconde

Pour l’abeille, son œil perçoit le mouvement vers 300 images/seconde

Ce qui veut dire qu’en vol, même à 30 km/h, sa vision du sol reste statique, ce qui facilitera son repérage.

Elle est insensible aux mouvements lents et réguliers (l’homme n’est pas repéré visuellement en premier, mais par bien d’autre moyen !)

La polarisation de la lumière

La lumière du ciel bleu est polarisée (réfraction sur les hautes couches de l’atmosphère)

L‘œil de l’abeille joue le rôle d’analyseur et permet de détecter la position exacte du soleil, voir le couplage avec la fonction photo-électrique des ocelles.

L‘analyse de tous ces paramètres dans le cerveau de l’abeille et on peut supposer qu’elle intègre aussi  l’effet gyroscopique, ce qui confirme ses capacités remarquables de navigation.

Les autres perceptions de l’environnement

L’odorat

Karl von Frisch (1886-1982) a démontré que l’odorat de l’abeille passe par ses antennes. En effet, on peut entraîner des abeilles à rejoindre des soucoupes présentant des odeurs de fleurs naturelles ou d’huiles essentielles. Mais elle perd cette faculté si on enlève ses antennes.

On estime que l’abeille dispose, à peu près, de la même faculté olfactive que l’homme. Néanmoins, elle perçoit l’odeur de la cire, des fleurs et autres odeurs biologiquement importantes entre 10 et 100 fois mieux que l’homme.

En plus de sa faculté à percevoir les odeurs, l’abeille dispose aussi un sens olfactif topochimique, c’est-à-dire qu’elle peut percevoir d’où provient une odeur en comparant les perceptions de chaque antenne.

Certains sensilles perçoivent la concentration en dioxyde de carbone (CO2). Elle peut capter des différences de 1% dans la concentration. Ceci est important au sein de la ruche car une trop forte concentration en CO2 déclenche l’activité de ventilation à l’intérieur de la ruche.

Le goût

Les récepteurs du goût sont situés sur les tarses, dans la bouche et sur les antennes.

A l’extrémité des pattes, le tarse est capable d’évaluer la qualité et la concentration de certaines molécules lourdes.

Certains sensilles des antennes participent au sens du goût. En effet, si on les touche avec une solution sucrée, les pièces buccales réagissent.

Les courants d’air

Aux jonctions entre les facettes de l’œil composé se trouvent des poils sensoriels. Ils captent l’information relative aux courants d’air. Privée de ces poils, une ouvrière ne peut retrouver sa nourriture par temps venteux, car elle ne peut adapter son vol à la direction et à la puissance du vent.

Les organes de Johnston, situés dans le pédicelle de l’antenne, captent tous les changements de la position des antennes. Ceci comprend l’évaluation de la vitesse de vol par l’évaluation de la courbure de l’antenne.

L’ouie

Les vibrations sont analysées par des sensilles trichoïdes . Les abeilles n’ont pas d’oreilles, elles seraient des sourdes capables de recevoir des sons par la détection des vibrations transmises sur un support (solide ou air).

On estime que les abeilles possèdent une capacité auditive à peu près équivalente à celle de l’homme.

La notion du temps

Les abeilles ont une horloge interne qui est pilotée par la position du soleil. Elles utilisent :

  • la rotation cardinale et hauteur du soleil par rapport à l’horizon pour les  activités journalières,
  •  la hauteur du soleil par rapport à l’horizon pour les saisons dans le cadre du cycle annuel.

On peut aussi ajouter une horloge biologique : découpage du temps et une horloge « florale ». capacité à se déplacer sur des ressources de nectar différentes selon l’heure.

Ces notions sont indispensables pour la navigation: importance de l’adaptation de l’abeille à la fonction butinage.

Le champ magnétique terrestre

Il a été prouvé que l’abeille est capable de percevoir le champ magnétique terrestre. En l’absence de soleil et de repères, elles peuvent rentrer à la ruche en captant les variations magnétiques de la terre. Deux types de détecteurs ont été identifiés au niveau de l’abdomen, dont des cellules contenant des granules de ferrite.

L’humidité

Les antennes permettent également la perception du taux d’humidité, avec des variations de 5%.

Le sens de l’orientation

Les abeilles disposent de plusieurs outils de navigation afin de se repérer dans leur environnement. Ces outils sont utilisés dans un certain ordre. En effet, si le 1er outil n’est pas utile ou utilisable à un moment donné, elle emploie le 2e, etc.

Le 1er outil est l’orientation par rapport au soleil. Les abeilles effectuent des corrections par rapport à la course du soleil, de telle sorte qu’elles retrouvent toujours la source de nourriture même si plusieurs heures ou même une nuit se sont écoulés. C’est la position du soleil sur ou sous l’horizon qui est utilisée. En effet, cette position sert également de base lors du butinage de nuit par une chaude nuit.

Par temps couvert, les abeilles évaluent la position du soleil par la lumière U.V. qu’il émet. Ceci n’est possible que si la couche de nuages n’est pas trop épaisse.

Autrement, elles peuvent également se baser sur la lumière polarisée émise par le soleil. Il suffit pour cela qu’un petit coin de ciel bleu soit visible.

Si le repérage par rapport au soleil n’est pas possible, les abeilles peuvent retrouver leur chemin sur base de repères : une rangée d’arbres, le tracé d’une route,…

Elles utilisent également le champ magnétique terrestre. Ceci a été mis en évidence par plusieurs expériences.

Elles peuvent également se baser sur les phéromones laissées par d’autres butineuses; ceci leur permet notamment de distinguer sa ruche d’une ruche étrangère.

Enfin, elles utilisent leur vue pour localiser la nourriture. Il faut savoir que les fleurs possèdent également des zones de « couleur » ultra-violette. Ces zones constituent des guides en direction du nectar. Etant donné que la perception visuelle de l’abeille diffère légèrement de celle de l’homme, le vert lui apparaît grisâtre, ce qui fait ressortir d’autant mieux la fleur. Elles sont également capables de distinguer des formes fermées (cercle, triangle, carré) des formes ouvertes, des angles ouverts par rapport à des angles fermés.

Les Autres Sens

Les abeilles possèdent aussi d’autres capacités perceptives :

  • un sens thermique
  • le sens de la teneur de l’air en acide carbonique
  • le sens de l’équilibre

↑ Haut de la page